•  

    Halte à la répression des militants du Comité National de Défense
    des Droits des Chômeurs en Algérie !

    Depuis plus deux ans, le pouvoir algérien s'est vu débordé par un mouvement de contestation sociale auquel il ne s'attendait pas, dans le sud du pays, à Laghouat notamment. Pour la jeunesse, dans cette région, la seule perspective d'avenir est le chômage ou l'exil. Certain-e-s d'entre eux se sont organisé-e-s et ont créé un Comité National pour la Défense des Droits des Chômeurs. Le mouvement a fait tache d'huile. Le pouvoir, comme à son habitude a réprimé tous azimuts. Harcèlement, arrestations arbitraires, tentatives de corruption. Ceux qu'il n'a pu faire plier passaient aujourd'hui devant un tribunal aux ordres, sous des chefs d'accusation arbitraires. Ainsi de lourdes peines ont été prises ce matin mercredi 11 Février 2014 par le tribunal de première instance de Laghouat contre les militants du CNDDC. Un an de prison dont 6 mois avec sursis à l'encontre de huit militants: Belkacem Khencha, Bekouider Faouzi, Brahimi Belelmi, Bensarkha Tahar,  Mazouzi Benallal, Djaballah Abdelkader, Azzouzi Boubakeur et Korini Belkacem. Accusés " d'attroupement » alors qu'ils menaient une action de protestation pacifique le 28 janvier dernier,  et après ce verdict, ces militants emprisonnés depuis 15 jours ont décidé d'entamer une grève de la faim. La confédération générale autonome des travailleurs en Algérie CGATA et le syndicat national autonome des personnels de l'administration publique SNAPAP condamnent énergiquement les lourdes peines, et demandent la libération immédiate des militants du comité des chômeurs. La CGATA et le SNAPAP tout en étant solidaires avec les militants emprisonnés à travers des action de terrain, appellent à une mobilisation nationale et internationale pour la libération immédiate des membres de la CNDDC emprisonnés pour activité militante. La CGATA et le SNAPAP, membre du Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes, interpellent l'opinion nationale et internationale, les organisations de société civile, à mener une campagne pour la libération des jeunes détenus et condamnés au tribunal de Laghouat.

     Nous exigeons la justice pour les condamnés, c'est-à-dire, pour commencer,

    leur libération immédiate et l'arrêt de toutes poursuites.
    Solidarité internationale avec le CNDDC !

     


    Tags Tags : , ,